imagesm

  

Quand il fait chaud comme en ce moment, ce que je déteste le plus ce sont les sous-sols du métro. Certes, c’est la période où l’on y côtoie de ravissantes personnes vêtues du strict minimum (minimum qui fond comme une peau de chagrin au fil des années).

 Pour lutter contre cette dureté, il y a celles qui boivent  (mais ne pas se fier aux apparences) :

Il y aussi celles qui collent

Et puis il y a celles qui vous prennent au mot.

Heureusement qu’elles sont là.

Allez, j’y retourne !