Lorsque j’allais à la piscine, je la croisais fréquemment. Ma première vision fut celle de son visage qui dépassait de l’eau. Un visage à la peau claire, des yeux brillants marron, clair également. De ses cheveux, seules quelques mèches dépassaient de son bonnet blanc et bleu.

Comme nous nous croisions  au milieu de la piscine, il fallait attendre 50 mètres pour que je puisse la regarder à la dérobée; ce qu’elle ne manquait pas de faire de son côté.

A chaque fois, j’attendais qu’elle sorte de la piscine pour contempler sa silhouette qui ne me rendait pas insensible.

Le manège se reproduit plusieurs fois avant que je ne me décide à l’aborder lorsqu’elle faisait une pause à un des bouts de la piscine. De brèves discussions qui me laissaient sur ma faim et qui de ce fait pimentaient davantage l’envie de la connaître plus.

A chaque fois, c’était des bouts de conversations de 30 secondes à une minute maximum. Je n’arrivais pas trop à la cerner. A chaque fois, j’avais la sensation de la découvrir pour la première fois.

Un mois après cette première rencontre, je me lançais et l’invitais à s’attendre à la sortie de la piscine. Elle refusa en prétextant qu’elle avait un autre rendez-vous juste après et qu’elle était, en plus, déjà très en retard.

- Une prochaine fois alors ?

- Pourquoi pas ?, me répondit-elle

Deux semaines se passèrent sans que je l’aperçoive ; c'était elle à nouveau. Grands sourires ; réponse réciproque.

- Etes-vous toujours très occupée comme la fois précédente ?

Elle me répondit avec ses yeux, l’air interrogatif et surprise.

- Non, pas plus occupée que les autres fois, me répondit-elle. Pourquoi ? ajoute-t-elle

- Parce que mon invitation tient toujours, lui dis-je.

- Ha ! Vous ne m’avez jamais invitée. Vous devez faire erreur

Je pris sa dernière phrase pour un message de ne pas réitérer mon invitation.

Le manège aquatique se prolongea ainsi comme les premières fois, au rythme des longueurs de bassin.

Une saison passa lorsqu'un événement inattendu se produisit. Je la croisai au milieu du bassin et à peine arrivé au bout du couloir, je la croisai à nouveau.

Pas possible qu’elle m’ait presque rejoint en une seule longueur ! J’ai dû rêver.

Je reprends ma nage et je la croise à nouveau au milieu du bassin. Cette fois, je me prends à me demander si je ne suis pas fou, si mon obsession me fait croire que je la vois alors qu’elle n’est pas là. Et de nouveau, une longueur de plus, et je la revois à nouveau juste derrière moi.

J’en ai le souffle coupé. Je m’arrête cette fois au bout de la ligne et elle me dépasse donc en faisant une longueur dans le sens inverse. Je la regarde filer et voilà qu’une autre fille arrive, identique.

Je réalise soudain que j’avais affaire à 2 soeurs jumelles.

Je me suis alors rendu compte que j’avais parlé avec chacune d’entre elles successivement en croyant que je parlais à la même personne.

J’ai compris à présent pourquoi elle m’avait dit que je ne l’avais jamais invitée.

Et du coup, je ne savais plus qui j’avais invitée ; et je ne savais plus quoi leur dire à chacune d’entre elles. Jouaient-elles de leur ressemblance vis-à-vis de moi ? En avaient-elles parlé ensemble ?

Je vais leur poser la question la prochaine fois.

Un conseil : faites attention quand vous draguez 2 sœurs jumelles !